Humagne rouge

Signalé depuis le début du siècle en Valais, mais resté longtemps à l’état de traces, l’Humagne rouge s’est répandu depuis une vingtaines d’années. Ce cépage pourrait être originaire de la vallée d’Aoste et Nicollier (1989) a relevé à maintes reprises la grande similitude qui existe entre l’Humagne rouge du Valais et le Petit rouge très cultivé dans les vignobles valdôtains. L’Humagne rouge n’a donc pas de parenté génétique avec l’Humagne blanc. Cette fausse homonymie s’explique pourtant par certaines caractéristiques communes aux deux cépages et à leurs vins. La proposition de rebaptiser l’Humagne rouge « Oriu », faite pour éviter tout confusion, n’a pas rencontré de succès. L’Humagne rouge est tardif, mais produit des moûts peu acides. En Valais, ce cépage doit être réservé aux meilleures situations du coteau. Hors de ces zones favorisées, le vin obtenu devient vite médiocre, sans corps et sans charme.

Caractéristiques végétatives

Rameau :   Très côtelé; face dorsale verte ou verte à raies rouges, face ventrale verte.
Extrémité du rameau :   Bronzée avec très peu de poils.
Jeunes feuilles :   Plages bronzées avec très peu de poils couchés sur la face inférieure du limbe (feuilles 1 à 5).
Feuilles adultes :   Assez grande; vert foncé; épaisse; pentagonale avec bavette assez longue; trilobée, parfois pentalobée; nettement en entonnoir avec prolongement en gouttière sur les lobes; bords parfois ondulés; cloqûre assez forte; dents assez prononcées (base assez large)  côtés convexes ou rectilignes; sinus pétiolaire en V (parfois en lyre) chevauchant, parfois très chevauchant; sinus latéraux supérieurs en U; faible densité de poils couchés sur la face inférieure du limbe.
Grappe à maturité :   Moyenne à grande, cylindro-conique, assez compacte.
Baie :   Assez grosse; arrondie; bleue; saveur neutre; peu acide.
Sarment :   Elliptique, strié, brun jaunâtre.
Phénologie :   Débourrement moyen; véraison très tardive; maturité très tardive (3e époque).

Aptitudes culturales.

Vigueur :   Bonne; à greffer de préférence sur Berlandieri*Riparia.
Fertilité :   Satisfaisante et régulière; en général une seule grappe par sarment.
Résistance :   Peu sensible à la coulure et à la pourriture.

Particularités du moût et du vin.

Moût peu acide; vin typé, au caractère rustique et sauvage marqué; manque de corps et devient rapidement herbacé si la charge est forte ou la maturité du raisin insuffisante.

La dernière mise à jour de cette page date du   jeudi 18 février 2010